anna_dengel

Anna Dengel

Le texte est tiré du guide pour le Mois Missionnaire Extraordinaire (1892-1980)

Anna DengelAnna Dengel est née le 16 mars 1892, à Steeg, dans le Tyrol autrichien. À la suite de la mort prématurée de sa mère, alors qu’Anna n’avait que 9 ans, son frère et elle sont élevés par leur père qui, après son remariage, eut quatre autres enfants. Anna fut profondément frappée par la perte de sa mère, ce qui influença son travail et surtout son engagement pour prendre soin des femmes et des mères. Sa famille était aisée et son père accorda une grande attention à l’éducation de ses enfants.

Après avoir terminé ses études à Hall et Innsbruck, à seulement 17 ans, Anna commença à travailler comme professeur d’allemand à Lyon. C’est là qu’elle découvrit une école d’infirmières, où travaillait une des premières femmes médecins, Agnes McLaren.

L’objectif de cette Doctoresse était de fournir les soins médicaux aux femmes indiennes et surtout musulmanes qui ne pouvaient pas recevoir d’assistance à cause des lois islamiques. À l’âge de 72 ans, et avec la bénédiction du Pape Pie X, la Doctoresse McLaren partit pour l’Inde où elle fonda, en 1910, l’hôpital Sainte-Catherine pour les femmes et les enfants.

En un premier temps, la Doctoresse chercha à persuader les ordres reli­gieux de fournir une assistance médicale dans les territoires de mission, mais sa tentative échoua à cause d’un décret ecclésiastique datant du XIIème siècle et qui interdisait aux religieuses d’étudier et de pratiquer la médecine. La Doctoresse McLaren se mit alors à la recherche de jeunes filles européennes et américaines désireuses de devenir infirmières ou médecins et disposées à aller en Inde pour mener à bien cette mission. Anna Dengel, alors âgée de 20 ans, l’apprit et pensa immédiatement que cela lui correspondait parfaitement. Aussi écrivit-elle dans une lettre : « C’est la réponse à mon plus grand rêve et à mon ardent désir : être une missionnaire dans le but spécifique d’accomplir une tâche aussi urgente que seule une femme peut réaliser. C’est mon rêve depuis l’enfance. »

La correspondance entre Anna et Agnes McLaren s’avéra tout de suite compliquée car cette dernière ne parlait pas allemand et Anna ne connais­sait pas l’anglais. Toutefois la Doctoresse encouragea la jeune Tyrolienne à étudier la médecine à Cork, en Irlande, car une qualification en anglais était nécessaire pour travailler dans cette colonie anglaise qu’était l’Inde. Malheureusement, les deux femmes ne se rencontrèrent jamais car la Doc­toresse McLaren mourut en 1913.

Anna acheva ses études à Cork en 1919. En décembre de la même année, elle arriva à Rawalpindi (dans l’actuel Pakistan) et commença à travailler à l’hôpital Sainte-Catherine. La routine, entre le travail à l’hôpital, l’étude de la langue, les visites dans les maisons et les problèmes de la vie quoti­dienne, absorbait toute son énergie. Chaque jour, au moins 150 patients se rendaient à l’hôpital en quête de soins et d’assistance. Au bout de trois ans, Anna fut assaillie par une angoisse intérieure. Un prêtre comprit qu’elle avait reçu un appel et lui conseilla de rentrer dans un ordre missionnaire. Mais elle se heurta au problème qui avait tourmenté la Doctoresse McLaren : en devenant religieuse, elle devrait renoncer à sa carrière médicale.

En 1924, Anna confia la gestion de la clinique à un docteur indien et rentra à Innsbruck pour y faire une retraite. Le désir de fonder un ordre religieux de médecins ne cessait de grandir en elle et elle fut soutenue dans son projet par le prêtre qui dirigeait la retraite. Elle partit six mois aux États- Unis pour collecter des fonds et pour chercher des femmes qui partageaient son projet. Bientôt une doctoresse et une infirmière se joignirent à elle. Ainsi, le 30 septembre 1925, naquirent à Washington le Medical Mission Sisters. Étant donné que la médecine était encore interdite aux religieuses, la communauté fut fondée comme pia societas sans vœux.

Anna Dengel travailla pendant de nombreuses années pour aboutir à une modification de la loi canonique et supprimer l’interdiction pour les sœurs de pratiquer la médecine. En 1936, le Pape Pie XI publia le décret Constans ac Sedula, qui révoqua cette interdiction et, dès 1941, les sœurs du Medical Mission Sisters devinrent finalement une congrégation religieuse prononçant des vœux. Puis, en 1959, elles reçurent le décret du Saint-Siège qui faisait d’elles une congrégation de droit pontifical. De 4 sœurs, à l’origine, la congrégation compte aujourd’hui plus de 500 membres qui travaillent en Afrique, en Asie, en Europe et en Amérique. Parmi les premiers hôpitaux fondés, beaucoup sont désormais gérés par la population locale, comme l’auraient souhaité les sœurs fondatrices. Au­jourd’hui, l’attention n’est plus centrée sur les seuls services médicaux ou chirurgicaux, mais sur le travail visant le bien-être intégral de la personne et le salut en Jésus-Christ.

L’élève la plus célèbre de la Doctoresse Anna Dengel parmi les sœurs de la Medical Mission Sisters est sans nul doute sainte Teresa de Calcutta. Bien que ne partageant pas toujours les mêmes idées, les deux femmes nourrissaient le même engagement et le même amour de la charité pour les pauvres. Toutes deux fondèrent des congrégations et leur zèle parvint à changer pour toujours l’Église et le monde.

En 1973, la Doctoresse Anna Dengel transmit la direction de la Medical Mission Sisters à la génération suivante en disant : « Le futur vous appar­tient. Ayez soin de comprendre les difficultés de votre temps comme j’ai compris les difficultés du mien. » Au printemps 1976, elle fut frappée par un ictus et demeura en partie paralysée. Elle se trouvait encore à l’hôpital, à Rome, quand Mère Teresa vint lui rendre visite. Anna Dengel reconnut sa vieille connaissance et lui demanda de lui imposer les mains, comme c’est la coutume en Inde, comme symbole d’héritage et de bénédiction spirituelle. Elle mourut à Rome, le 17 avril 1980, et fut enterrée au cime­tière teutonique.

  • anna_dengel.txt
  • Dernière modification: 2019/10/22 04:36
  • par elm31rugby